La météo semble bonne, je lève le mouillage sous voile pour ne pas troubler l'aube naissante et hisse rapidement le spi après avoir quitté la baie d'Otrante. Les petits airs du matin me poussent vers le Nord... mais après quelques heures de celle jolie navigation, je dois affaler en urgence ma bulle multicolore car un cargo m'arrive dessus en se souciant fort peu (malgré mes tentatives d'appel sur la VHF) de mes soucis d'empannage. C'est un demi mal car le vent commence aussi a monter. Les prévisions annoncent force 3 pour les prochaines 48 heures, mais en fin d'après midi c'est avec deux ris et un génois bien roulé que je me prépare pour la nuit. Un force 5-6 m'accompagne d'abord... et à la VHF ils annoncent maintenant 7 pour le matin. Pas de retour possible. Parfois le navigateur solitaire se sent bien seul... mais le bateau va bien, je règle mon allure pour limiter les claquements de voile... dans ma tête je passe en revue tout ce qui pourrait arriver et ce que je devrais faire... pendant ce temps mon régulateur d'allure barre à merveille ! C'est un sentiment étrange que de prendre pleinement conscience qu'en cas de pépin on ne peut réellement compter que sur soi-même... la présence rassurante de Taifun me manque ... Finalement le vent n'empire pas et la mer reste maniable. Des Dauphins m'accompagnent pendant une bonne partie de la nuit... c'est fascinant de les voir sauter et surfer les vagues qui déferlent gentillement. Je passe mon temps à l'intérieur à dormir 10 minutes, passer ma tete par le capot et scruter l'horizon pour la présence d'éventuels cargos, m'allonger, grignoter, écouter le bruit de l'eau le long de la coque, et faire le point sur la carte pour constater mon avance... Mais personne sur l'eau... enfin presque... au large de l'Albanie, une lumière suspecte me pousse a éteindre pour un moment mes feux de navigations... j'ai entendu quelques histoires de pirates... on se fait parfois des films... Voilà donc une nuit qui passe et un lever de soleil qui compte. Au petit matin je vois les montagnes de la côtes Albanaises et bientôt celles du Montenegro. Enfin avec le vent mourrant j'allume le moteur après 30 heures de voile pure, pour les quelques heures qui me séparent encore de l'entrée des bouches de Kotor. J'arrive au port de Herceg Novi après pas loin de 150 miles, épuisé, tanné, mais content !! ... et après un plat de spaghetti je plonge dans un sommeil comateux. Au réveil de cette sieste bien meritée alors que le soleil était déjà bien bas sur l'horizon en fin d'après midi on m'informe à la vue de mon pavillon Q que ce n'est pas un port d'entrée (contrairement à ce que disait mes instructions nautiques), et je dois donc ré-appareiller pour le quai doaunier de Zelekina distant de quelques milles sinon je risque une amende salée. Là j'accompli les formalité, puis m'amarre à une bouée pour la nuit. Petite anecdote, En Tunisie j'avais fait coudre les pavillons de courtoisie des différents pays que j'allais visiter (il est d'usage d'arborer le pavillon du pays visité sous la barre de flêche tribord, et le pavillon Q lors de la première arrivée pour que la douane et/ou la police se rende à bord)... il flottait donc à mon arrivée, mais j'ai appris que ce n'étais plus le pavillon du Montenegro mais celui de l'ex-yougoslavie que le couturier de Monastir m'avait cousu... frolé l'incident diplomatique ! Le lendemain je met le cap sur la cité corsaire de Kotor tout au fond du golfe du même nom. C'est une navigation sur une petite mer intérieure bordée de hautes montagnes plongeant a pic vers le rivage, temps orageux salué par quelques grains ventés. J'arrive à Kotor pour m'amarrer à couple d'un voilier de Charter de 72 pieds. Mon Vega a l'air encore plus petit que d'habitude ! Mais Kotor est un endroit charmant et j'y reste quelques jours, avant de reprendre le chemin de la sortie de se golfe qui m'a beaucoup fait rêvé sur la carte et pas déçu dans la réalité. Cap sur la Croatie !



Départ sous Spi d'Otrante pour une longue traversée

Le vent monte dans l'après-midi

L'arrivée à l'entrée des bouches de Kotor...

et un marin fatigué après 33 heures en mer!

Le quai des douanes de Zelekina

La carte des bouches de Kotor

Silhouette d'un 3 mats dans le golfe de Kotor

Arsenal de Bijela

Les ilots Otok Gospa od Skrpjela et otok sv. Djordje en face de Perast. îlots artificiels qui auraient été créé par les habitants de Perats en coulant les vaisseaux pirates capturés, remplis de pierres, sur un récif

Arrivée à la cité de Kotor (murailles sur la montagne)

Ruelles de kotor

Balidar is very small tooday...

Un bon grain

Promenade sur les remparts

Kotor vu d'en haut !

Perast

Les îlots en face de Perastr

Défilé pour rentrer dans Kotorski Zaljev

Navigation lémanique dans les bouches de Kotor

Abbaye pres d'Otok Stradioli



Retour à la liste des étapes du voyage de Balidar
Retour à la page d'acceuil BALIDAR.COM